Comment apprendre quand on a une mémoire kinesthésique ?

Comment développer ma concentration avec ma mémoire kinesthésique ? Pourquoi, à l’école, les enfants kinesthésiques ont-ils des difficultés de concentration ?

Dernièrement vous avez vu une vidéo vous permettant de détecter une mémoire Kinesthésique chez un enfant.

Pour tester votre mémoire, cliquez ICI.

Aujourd’hui, nous mettons à votre disposition une fiche technique pour vous permettre d’enrichir vos connaissances.

Nota: vous trouverez ici pêle-mêle des extraits du livre « Comment apprendre avec plaisir ». Il est recommandé également de lire tous les articles de la rubrique « kinesthésiques » car les « non-kinesthésiques » trouvent la cohabitation compliquée. Eh oui, ce sont des K !

Vous retrouvez-vous dans ce portrait ?

Télécharger la fiche mémoire kinesthésique

Une personne kinesthésique apprend avec son corps. Elle a souvent besoin de bouger ! Elle apprend en faisant. Les kinesthésiques aiment manipuler, bricoler, fabriquer, cuisiner. Ils peuvent aussi adorer le sport, voire les sports extrêmes ! Quoiqu’il en soit, tout passe par le corps… Ce sont les enfants qui bougent tout le temps (en classe et à la maison).

Le kinesthésique est sensible au chaud et au froid, à la température ambiante. De la même manière il est sensible aux personnes.

Il se sent mal pendant les phases d’adaptation à la nouveauté. Tant qu’il n’a pas construit ses nouveaux repères, ses nouvelles habitudes, il se sent complètement perdu, perturbé.

Il aime connaître son emploi du temps pour savoir où il va. Il se prépare mentalement à la suite de la journée ou de l’année. Ainsi, il déteste les surprises et les changements d’emploi du temps, c’est peut-être la raison de ses planifications. Les changements dans le planning prévu le mettent très mal à l’aise. Cela déclenche des gros chagrins chez les petits et des colères chez les grands.

Ses mots : « Tu me suis ? » « Tu comprends ? » « Ça fait du sens » « A quoi ça sert » ou « Pour quoi faire? »

Comment étudier ?

Le kinesthésique apprend par l’action. Des exercices vont lui permettre de mémoriser une méthode, un cours : il lui faut de la pratique.

L’idéal pour lui, ce sont les jeux éducatifs. Il fait, il pratique, donc il se sent maîtriser le cours. Ça reste le meilleur moyen pour lui transmettre un savoir, qu’il soit adulte ou enfant.
Les simulations serviront énormément.

A défaut de pratique, il pourra demander à l’enseignant des exemples. Il adore les cas concrets (études de cas) et les histoires ou anecdotes.

Pour aborder un nouveau chapitre, c’est important de faire le lien avec quelque chose de connu. Par exemple « Ça me rappelle…. ». Trouvez à quoi cela vous fait penser. Ou bien « C’est comme… » Comparez à quelque chose que vous connaissez déjà.

Une personne kinesthésique a tendance à préférer la géographie à l’histoire. Les langues, les arts, la musique, le sport : des disciplines concrètes qu’elle peut mettre en pratique directement.

Les explications et les schémas ennuient terriblement le kinesthésique (quand l’enseignant est auditif ou visuel), il trépigne car il a envie de faire.

S’il repart d’un cours sans exercices ni applications pratiques, il dit « on n’a rien fait », et n’a pas l’impression d’avoir appris. Tout lui reste à faire à la maison. Et comme il n’a fait aucune pratique en cours, il a peur de se lancer seul et ne pas y arriver.

Si le travail est trop volumineux, il le repoussera un maximum, car il sait que cela lui prendra toute son énergie.

Il apprend en imitant. Montrez-lui comment faire, et il se sentira à l’aise.

Par contre s’il a fait des exercices en cours, il optimisera encore ses apprentissages en les refaisant à la maison. Il a besoin de s’entraîner.

S’il ne trouve pas comment résoudre l’exercice de math, rien de mieux que de trouver des objets à manipuler pour rendre l’énoncé concret. Il aura également avantage à étudier un exercice déjà fait.

Il aime les cas d’étude, les histoires. Donner une règle mathématiques en l’agrémentant d’une histoire permettra de tout mémoriser.

La sensibilité du kinesthésique aux lieux et aux personnes le rend affectivement dépendant : pour bien apprendre avec un enseignant, il doit impérativement bien aimer cette personne ! Sinon il se bloque…

Le kinesthésique a besoin de sens. Il se sent incapable d’apprendre ce qui n’a pas de sens pour lui. Il a besoin de comprendre pourquoi il doit apprendre ci ou ça. Impossible de faire une tâche s’il ne sait pas où ça va le mener, ni à quoi ça sert. Il faut tout lui expliquer ! Ainsi, il donne l’impression de vouloir tout savoir.

En tout cas, il est indomptable ! Impossible de lui dire « Fais ça ». Il demandera pourquoi. Obéir sans connaître le but ne fait pas partie de son mode de pensée.

Il aura donc tout intérêt à demander dès le début à l’enseignant le but du cours du jour. Cela lui permettra de s’investir et de maintenir son attention.

Comment mémoriser ?

Pour les adultes comme les enfants, vous avez besoin de défouler votre corps après votre journée de travail. Faites ce que vous voulez mais bougez votre corps ! Vous serez à nouveau disponible pour apprendre après cette récréation.

Le kinesthésique mémorise en bougeant ! Inutile donc de se forcer à rester bien assis pour apprendre son cours ; c’est plutôt l’inverse. Apprenez en marchant, en gesticulant. C’est justement parce qu’il doit rester immobile à l’école que l’enfant n’arrive pas à se concentrer!

Je propose à l’enfant kinesthésique de travailler debout sur un tableau fixé au mur. Ce sera son champ d’expérimentation ; il adorera. Attention, choisissez le tableau avec lui, ainsi que l’endroit où le fixer. Si le tableau ne lui plaît pas, ou si le lieu ne lui convient pas, il ne s’en servira pas. Car il besoin d’aimer pour collaborer!

Le kinesthésique, avec sa grande sensibilité à son environnement a besoin, pour travailler à la maison, d’un coin douillettement installé. Mettez autour de vous tout ce que vous aimez, installez-vous confortablement.

Si un exercice est difficile, n’hésitez pas à le refaire. La répétition est très profitable et donne de l’assurance. Entraînez-vous, l’habitude de faire et refaire vous permettra de maîtriser.

Trouvez des objets pour représenter ce sur quoi vous réfléchissez. Concrétisez au maximum les choses. Étudiez des cas concrets. Réviser le bac en refaisant les sujets antérieurs avec des annales convient parfaitement.

Ressources pour aller plus loin : Toutes les vidéos pour apprendre à apprendre selon votre profil, cliquez sur ce lien    La fin des galères pour apprendre

Cet article vous a plu? Téléchargez la fiche pour le conserver, et abonnez-vous à la newsletter gratuite pour recevoir les articles suivants !

A bientôt

12 réactions sur “ Mémoire kinesthésique: Fiche technique ”

  1. Koji Chaipas

    J’ai adoré je suis exactement la personne décrit je sais à présent que je ai réellement une mémoire kinesthésique !

  2. julien

    bonjour

    je suis actuellement sur une réorientation professionnelle et j’effectue un bilan de compétences,je recherche à me connaitre d’avantage,
    je viens de comprendre après 31 ans que je suis dans ce cas,plus je lis l’article et plus je me ressens à travers ces lignes.
    merci pour cette magnifique fiche.

  3. Laurence

    Bonjour,
    Maman d’un ado de bientôt 13 ans, je comprend mieux certaines choses de son comportement qui nous ont causé (à lui comme à moi) pas mal de soucis les 2 années passées. Elève qualifié d’insupportable, insolent, provocateur, ayant subi exclusions de cours, exclusions temporaires du collège, commission éducative, conseil de discipline (si si). Finalement il s’agit d’un enfant EIP (diagnostiqué par une psy excellente) avec une mémoire kinesthésique (diagnostiqué il y a une semaine par une de ses professeurs).
    Du coup je me suis aussi renseignée sur les cartes heuristiques et j’envisage de les mettre en œuvre dans les matières ou il a des difficultés.
    Une question ? Pourquoi ce travail nous « tombe » dessus, sur nous, parents ? Pourquoi tous les enseignants ne font-ils pas un minimum de recherche et de mise en pratique lorsqu’ils ont de tels enfants dans leur classe ? C’est épuisant…

  4. pascaline Auteur Article

    Bonjour Laurence.
    Merci pour votre partage. En effet, je comprends vos interrogations sur la formation des enseignants. Et je connais aussi le « parcours du combattant » des parents d’enfants à haut potentiel avant de trouver le bon professionnel.
    Effectivement, l’enfant kinesthésique et encore plus le haut potentiel essuient des tempêtes à l’école car on croit souvent qu’ils manquent de motivation ou bien font preuve de « mauvaise volonté ».
    Quand on comprend que c’est une affaire de profil personnel, on voit le bout du tunnel!
    Les cartes heuristiques ne plaisent pas forcément à tous, à tester. En tout cas, le plus important c’est d’utiliser le matériel et les techniques qui « connectent bien » avec lui.
    J’espère que vous avez vu les vidéos de la chaine des kinesthésiques…
    Courage à vous Laurence, les mamans comme vous, elles, sont très motivées!!!
    A bientôt sur le site ou la conférence

  5. Nezha SAIDI

    Je vous remercie pour cet article. Sauf que je me sens un peu perdu. Mon fils a 17 ans et il est en dernière année du lycée. Son problème c’est quand il veut faire ces exercices de maths, physique et même des sciences de la vie et de la terre qui nécessitent plus de concentration, il met son casque et entend en même temps de la musique qui peut être du genre rock très fort. Au lieu de faire son exercice dans deux heurs maximum il peut y passer toute la journée. Le problème c’est qu’il est intelligent mais il faut toujours courir derrière pour qu’il s’installe pour étudier. PRière de m’aider à le diagnosiquer et en même temps me donner le moyen le plus convenable pour qu’il puisse étudier sans que je le frustre à chaque fois. Merci

  6. pascaline Auteur Article

    Bonjour Nezha,
    Merci pour votre description. Voudriez-vous donner ses résultats au test sur les profils de mémoire? Ça sera la base pour pouvoir l’aider.
    à bientôt

  7. Chantal

    Bonjour Nezha,
    Juste un petit mot pour vous dire que je viens de lire votre article suite à une conversation hier soir avec l’institutrice de ma fille de 10 ans… J’ai l’impression que vous parlez d’elle à chaque ligne; tout lui correspond. En particulier le passage sur la « température ambiante » m’a amusé (elle ne supporte pas d’avoir chaud en classe et va à l’école en t-shirt toute l’année). Elle travaille très bien à l’école – j’ai réalisé dès la première année qu’elle devait faire beaucoup de sport et se défouler tous les jours et par tout temps – mais certaines choses (les terminaisons par exemple) sont parfois pénibles et lui prennent beaucoup de temps.
    Merci pour cette publication!

  8. Vanessa

    Après 42 ans de souffrances à me dire pourquoi les autres y arrivent et pas moi, je peux enfin me lâcher et pleurer toutes ces années. Je m’étais focalisée sur le visuel et l’auditif mais rien ne fonctionnait. J’arrivais de justesse à apprendre mes leçons pour le jours suivant puis “tout” disparaissait. Excepté le théâtre et je comprends maintenant pourquoi… apprendre le texte en FAISANT.
    Je ne sais pas encore comment utiliser cette bonne nouvelle mais ça me redonne beaucoup d’énergie positive. Merci!!!!

  9. Priscilla

    Bonjour,
    J’ai toujours eu beaucoup de mal à retenir mes leçons, j’ai souffert de mauvaises notes à l’école et de me croire moins intelligente que mes camarades. Je me suis découragée, j’ai abandonné les études. À présent je fais une formation à domicile, à mon rythme.
    J’ai toujours entendu parler de mémoire auditive et visuelle, j’ai essayé plein de méthodes en vain. Je n’avais jamais entendu parler de mémoire kinesthésique jusqu’à ce qu’une amie m’en parle et que je découvre à l’instant votre site! Que de temps perdu… (30 ans).
    Le test a confirmé cette option et j’ai noté sur une feuille vos précieux conseils pour mieux apprendre. Un grand merci à vous pour cette fiche pratique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.