Le Kinesthésique apprend plus facilement à l’envers

 

Faites étudier votre enfant Kinesthésique à l’envers !

apprendre à l'envers
Kinesthésique qui apprend à l’envers

 

Pour ce faire, notre Kinesthésique doit poser les deux mains au sol et lever les 2 pieds en l’air. S’il étudie ainsi sa mémoire sera plus rapide et il se sentira plus détendu.

Mais non je plaisante ! Quoique je pense qu’il en est bien capable …  Alors ne montrez pas cette photo à vos enfants, mais appliquez dès aujourd’hui l’astuce qui va suivre.

 

Notre objectif premier à vous et à moi, c’est de faciliter le travail scolaire de votre enfant pour qu’il se sente plus motivé, moins stressé et que ses résultats s’améliorent.

Pour cette raison, Je vais vous montrer pourquoi votre enfant kinesthésique apprendra beaucoup plus facilement s’il fait l’inverse de ce que proposent les professeurs en général.

Pour aborder un nouveau thème, un nouveau contenu, habituellement on explique au tableau, ensuite on donne des exercices à faire pour s’entraîner et pour appliquer. Souvent les exercices sont réservés au travail à la maison.
L’élève est sensé pouvoir s’y mettre seul chez lui avec pour unique appui le cours qu’il vient de recevoir. Les cours se suivent ainsi et quand le chapitre est terminé, il y a une évaluation. Puis on passe à la prochaine grande notion nouvelle.

Or le Kinesthésique n’aime pas du tout se lancer dans une tâche nouvelle sans qu’on lui ait montré comment faire. Mais il ne le sait pas. En tout cas, pas consciemment.

Pour lui , se lancer ainsi « à l’aveuglette » représenta avant tout une source de stress. Et qui dit stress, dit baisse de ses performances et de sa créativité.

Il aurait besoin que quelqu’un fasse d’abord devant lui ce qui est demandé. Il s’appuierait ensuite sur cette démonstration pour se lancer dans la nouvelle tâche.

En général, le professeur se sert peu, par exemple en maths, des exercices corrigés qui sont dans le livre.
Et pourtant ces exercices corrigés sont la clé pour les apprentissages des kinesthésiques !

En effet un kinesthésique a besoin qu’on lui montre comment faire. Mais s’il n’a personne à qui demander, l’exercice déjà corrigé va lui servir de démonstration.
Ainsi je conseille à l’élève d’étudier de près un exercice de maths déjà réalisé. C’est une étape très importante pour qu’ils comprenne concrètement comment on fait. Il saura ainsi ce qu’il a à faire.

Donc à l’étape 1, l’élève observe un exercice déjà corrigé pour comprendre le déroulement des opérations.

Quand il pense avoir bien compris le processus, je l’invite à reprendre la même consigne et a réaliser l’exercice à son tour. C’est l’étape 2.
Pendant qu’il réalise l’exercice, le modèle est à ses côtés. Et s’il en a besoin il peut le regarder autant de fois que nécessaire. Le but est d’apprendre, pas d’être dans la compétition. Il n’y a pas d’attente de résultats, seulement un processus d’apprentissage.
Cela va lui permettre de travailler avec un grand sentiment de sécurité. Cela favorisera donc sa performance. En effet, la grande sensibilité naturelle du Kinesthésique peut jouer, ou non, en sa faveur.

Pour l’étape 3, à lui de voir s’il a eu besoin de regarder son modèle une fois ou deux, ou bien dix fois.

  • S’il lui a été nécessaire de regarder une fois en deux, cela signifie qu’il a compris le processus.
  • S’il a eu besoin de le regarder dix fois, c’est qu’il a encore besoin de l’étudier.
  • Dans le premier cas, il va passer à un nouvel exercice déjà corrigé et reproduire la même technique.
  • Dans le second cas, il va étudier à nouveau l’exercice le lendemain. En effet, il tirera un grand bénéfice d’une nuit de sommeil.  Puis, quand il aura bien saisi le déroulement de l’exercice, il le réalisera à nouveau.

Quand l’élève aura étudié grâce à quelques exercices déjà réalisés il pourra se lancer dans des exercices sans modèle quand il se sentira prêt.

Vous l’avez compris, votre enfant kinesthésique, ou votre élève kinesthésique, a besoin qu’on lui montre comment on fait. C’est sa façon d’apprendre.
Cela veut dire que quand on le pousse à faire quelque chose de nouveau, sans l’avoir préparé, ça le met dans un tel état de stress qu’il en perd ses capacités. Évidemment il est alors beaucoup moins performant.

Notre but c’est que l’enfant apprenne avec un sentiment de sécurité pour obtenir des apprentissages véritablement construits et intégrés. Apprendre par cœur, vite fait, pour « recracher » une connaissance le lendemain et faire plaisir aux adultes n’a jamais aidé un enfant à se construire.

Cette technique d’apprendre à partir de modèles réalisés est valable à tous les âges et dans toutes les circonstances.

La phrase magique pour un élève c’est « montre moi comment on fait ».
Et votre phrase magique pour vous les parents ou éducateurs c’est « je vais te montrer comment on fait ».
Que de temps vous allez gagner !

Vous vous demandez peut-être pourquoi cet article comporte autant de fois les mots « fait » et « faire ». C’est tout simplement le mot préféré de nos petits (et grands) kinesthésiques !

Comment on fait ?
Qu’est-ce qu’on fait ?
Je ne sais pas comment faire !
Je ne sais pas quoi faire !
Je n’ai pas fait parce que je ne savais pas comment faire !

Vous savez ce sont toutes les petites phrases habituelles du kinesthésique. Ainsi pour lui, le mot FAIRE est une clé. Alors utilisez-la !

Pour mieux connaitre les « K », visitez leur chaine sur youtube

Pour d’autres astuces pour apprendre, c’est ici!

A bientôt,
Pascaline

4 réactions au sujet de « Le Kinesthésique apprend plus facilement à l’envers »

  1. humeau

    Une fois de plus génial :) Au plaisir de ce revoir !!

    Bertrand !

  2. Bailleau

    Felicitation pour vos explications sur les kinesthesiques.
    En lisant vos articles, la lumiere c’est allumee sur le mode de fonctionnement d’un de mes fils et de moi meme.

  3. pascaline Auteur Article

    Merci à vous Mr Bailleau.
    Je suis heureuse d’avoir pu vous éclairer!
    A bientôt sur le site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *