Remettre de la vie dans celle de votre enfant (fin)

Aimez-vous votre travail?

Si vous faites un job que vous n’avez pas choisi, même s’il y a des moments sympas, comment faites-vous pour trouver la vie belle?
Comment faites-vous pour vous sentir bien malgré tout?

Chacun a ses recettes. Vous faites du sport ou une activté qui vous plaît?  Vous prenez le thé avec les copines? Mon ancienne voisine par exemple, maman de deux ados, brunchait le samedi avec ses copines. Sans enfants ni compagnons!

Vous vous accordez des moments à vous? Des pauses qui vous ressourcent? Vous vous bichonnez de temps en temps?

Sans ces instants consacrés à votre bien-être, vous auriez explosé depuis longtemps… Vous le savez bien 😄

Les enfants sont précisément dans ce cas: ils vont faire toute la journée un job qu’ils n’ont pas choisi. Cela peut-être le bonheur absolu… mais c’est rare.

enfant triste

À quoi bon? C'est perdu d'avance

Jusqu’à dix ou onze ans, l’enfant travaille pour nous faire plaisir. À nous les adultes: ses parents, ses enseignants, etc.

Nos sourires et nos encouragements lui assurent une contrepartie, une reconnaissance pour le job réalisé. Mais ce n’est pas suffisant pour qu’il trouve la vie agréable.

Il a besoin de se constituer une réserve de petits bonheurs pour rester positif, s’épanouir et y trouver son compte.

L’enfant dont la balance penche du côté négatif n’arrive plus à se projeter dans un futur motivant.

Alors il perd justement sa motivation à l’école. Puis il perd assez vite son goût pour les découvertes ou les activités personnelles.

Le fameux « à quoi bon? » s’installe. Le coup de blues. C’est un peu le premier niveau de la déprime. Certains arrêtent de rire.

L’école d’aujourd’hui a encore restreint le champs des libertés des enfants ainsi que les occasions de créativité.

À nous alors de veiller à entretenir cela. À nous les parents de compenser pour que nos enfants conservent leur étincelle de vie et leur envie d’avancer.

L'étincelle de vie

Je vous invite à remettre de la vie dans la vie de votre enfant.

Vous avez l’habitude de le pousser à faire ses devoirs le soir? Je vous invite également à lui créer des instants de légèreté.

La plupart des moins de 15 ans adorent faire des jeux en famille. Même s’ils perdent en grognant. Même s’ils se chamaillent entre eux.

Nos souvenirs se bâtissent sur ces instants vécus avec nos parents.

Accordons-nous des temps de jeux ensemble sans aucun autre objectif que la légèreté et le rire. Pendant une heure, ne plus se prendre au sérieux.

Même si ce sont des jeux vidéos.

Promenez-vous à pied, à vélo, en ville ou dans la nature. Une activité facile, proche de chez vous.

Chez nous, la promenade du chien tous les soirs est devenue un souvenir très cher.

Le rôle de parent n’a jamais été aussi important que maintenant.

Plus la liste des obligations s’allonge, quite à faire ployer les épaules de nos jeunes sous cette accumulation, plus ils ont besoin de nous.

Qu’à cela ne tienne, nous avons plein d’astuces pour charger en positif l’autre côté de la balance!

À nous de réorganiser nos planings ou changer nos habitudes pour veiller à la santé physique et psychologique de nos chères têtes blondes.  🎵

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.