Comment un simple test m’a permis d’apprendre les maths à cette classe d’adultes non scolarisés

apprendre à apprendre
comment apprendre à apprendre

Vous vous rappelez quand on récitait les tables de multiplication tous ensemble dans la classe? Vous savez que cette méthode marche à 100%? Mais pour certains enfants seulement… Et vous? Savez-vous si votre enfant fait partie de ceux-là?

Quand on veut aider notre enfant à apprendre et à faire ses devoirs, on utilise les techniques qui nous ont servi nous à l’école ou bien on utilise les techniques données par ses enseignants. En tout cas, on essaye.

Le souci, c’est que bien des fois ça ne marche pas. C’est-à-dire que notre enfant n’arrive pas à apprendre ses leçons par cœur ou bien n’arrive pas à comprendre comment faire tel ou tel exercice.

Dans ce cas, il se démoralise et rechigne à faire ses devoirs. Donc régulièrement, pour ne pas dire tous les soirs, on s’efforce de trouver des astuces pour le convaincre qu’il faut qu’il travailler et qu’il faut qu’il apprenne.
Évidemment c’est épuisant pour les parents… et ça va durer des années!

Quand j’ai commencé à enseigner les maths à des personnes qui n’étaient jamais allées à l’école, Je n’avais encore mis au point aucune méthode particulière.

J’avais donné des cours de maths à des adultes qui avaient seulement besoin de révisions, donc il suffisait que je reproduise ce que ces personnes avais appris à l’école et ça suffisait pour rafraîchir leurs connaissances et les préparer à passer des concours.

Dans un centre de formation pour adultes, on aide les gens à changer de voie professionnelle mais ils ont déjà des acquis. Cette fois-ci avec mes adultes qui débarquaient sans rien dans les mains, il fallait bien que je sois créative et que je trouve des techniques différentes pour faire passer un savoir tout nouveau et aux allures très compliquées pour eux.
Travailler 10 ans avec ces personnes m’a permis de mettre au point une méthode pour apprendre sans sacrifice et sans y passer des années.

Éviter la carotte et le bâton

Quand on enseigne à des enfants, on utilise beaucoup la répétition. Et à force de répéter les mêmes choses deux ou trois années de suite, les enfants ont enregistré et acquis les apprentissages en question.

D’autant plus que pour les faire avancer, on utilise souvent la carotte c’est-à-dire qu’on leur fait miroiter des choses qui peuvent les intéresser. On utilise aussi très régulièrement le bâton: s’ils ne font pas ce qu’on leur demande, on les sanctionne, on les punit, notamment avec des notes et on les menace pour qu’ils obéissent.

Avec les adultes que j’avais là

  • je ne pouvais pas utiliser le rabâchage
  • je ne pouvais pas utiliser la carotte
  • je ne pouvais pas utiliser le bâton

Il fallait absolument que je trouve une technique pour maintenir leur envie d’apprendre tout en leur donnant confiance en eux. Il fallait qu’ils restent mobilisés d’eux-même et non pas parce que je les avais menacés.
Il fallait qu’ils aient envie d’être attentifs et de le rester.
Il fallait que ça leur apporte des résultats rapidement sinon ils auraient démissionné de ce challenge dans lequel je les accompagnais.

Donc j’évitais les menaces habituelles et je ne cherchais pas à les manipuler en promettant une récompense comme un bonbon, un bon point ou une bonne note.
Il fallait qu’ils ressentent les résultats acquis en eux pour garder confiance et avoir envie de continuer. Il fallait d’abord qu’ils aient des résultats visibles. Imaginez comme ça pouvait paraître compliqué d’apprendre tous ces trucs mystérieux quand on n’est jamais allé à l’école.

Je ne pouvais pas leur dire comme aux enfants travaille bien pendant 10 ans et tu auras un beau métier.  Avec eux ce n’était pas possible. Je n’ai donc jamais cherché à les convaincre de travailler comme on fait souvent avec nos enfants quand on veut les convaincre de faire leurs devoirs pour que cela leur rapporte gros plus tard.
Donc de la même manière, vous pouvez aider votre enfant  à faire ses devoirs sans galérer chaque soir et sans vous épuiser à lui rappeler tous les 5 mn « il est temps que tu t’y mettes ». Sans avoir à négocier, ni convaincre, sans menacer avec le bâton et sans tenir la carotte devant lui en permanence.

Ne croyez pas que j’avais « la science infuse » pour enseigner les maths! Ma formation initiale, c’est la psychologie… Alors oui, l’humain ça me connait, mais les maths c’est juste une passion, je trouve ça magique!

Comment apprendre à apprendre?

Évidemment, j’ai fait beaucoup de recherches, de nombreuses expérimentations ainsi qu’une multitude  d’observations. Et ça m’a permis de trouver enfin un système qui respecte la personne, qui lui apprend comment se servir de son cerveau, qui lui évite de suivre des chemins inutiles et de subir des pertes de temps.

Cette technique évite les dépenses inutiles d’énergie pour des résultats maigres. Pour couronner le tout, ce système est utilisable avec toute personne (lectrice ou non) et quel que soit son âge.
Pour toute matière à enseigner et  quel que soit le contenu que l’on veut transmettre, elle fonctionne.

Je continue aujourd’hui à utiliser le même système chaque jour avec les personnes que je rencontre et qui viennent me demander de l’aide.

Je vais d’abord « étudier leur terrain »   en traçant leur profil grâce à un test de quelques questions. Je veux savoir comment l’information pénètre dans leur cerveau: ont-ils une façon d’apprendre de type visuel, de type auditif ou du type kinesthésique? Qu’est-ce qui impacte leur mémoire de façon durable?

Ensuite pendant les cours je ne vais utiliser que ce qui correspond à ce profil. Je vais transmettre mon cours sur le support qui correspond à leur façon de comprendre.

Et tout de suite les informations vont paraître beaucoup plus claires et beaucoup plus simples pour eux. Ça leur permet d’apprendre en dépensant moins d’énergie. Ça leur permet bien sûr de gagner du temps. Et comme on est en accord avec soi-même, ça développe aussi la confiance en soi: le bénéfice suprême!

Voici la structure qui va vous servir de base :

  1. Vous déterminerez le profil d’apprentissage de votre enfant grâce au test
  2. Vous organiserez les devoirs à la maison en fonction du profil de votre enfant
  3. Vous saurez comment il va s’y prendre pour se concentrer à l’école

Comment préparer votre enfant à faire ses devoirs?

C’est là que ça se complique car à priori, un enfant n’est pas prêt à se remettre au travail une fois sorti de l’école. J’ai repéré 2 techniques pour se mettre en route et attaquer le travail dans les meilleures conditions. Elles agissent sur le cerveau pour le préparer à être le plus performant possible dans l’instant. Elles peuvent s’utiliser toute l’année et quel que soit le lieu.

Elles permettent d’éviter de « ramer » pour se remettre au travail.

J’ai même adapté ces 2 astuces pour les adultes en les utilisant quand on a des tâches à faire qui demandent de la précision et de la concentration.

Téléchargez le détail des 2 meilleures techniques pour préparer votre enfant à se remettre au travail après l’école

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.