Les mamans abusives, comment faire face quand on est sensible?

Alerte aux mamans abusives

Connaissez-vous les mamans abusives? Savez-vous les repérer?

Je vois défiler à mon cabinet un certain nombre de personnes qui se font « pourrir » par leur maman!

En effet, elles ont des mamans de 80 ou 85 ans qui sont championnes pour envoyer des petites phrases assassines.

Celles-ci sont directement venimeuses ou ont l’air gentilles mais en fait sont pernicieuses.

Mais quand c’est  notre maman, on se laisse faire. D’autant plus qu’elle est âgée…
Et pourtant, maintenant on est une grande fille et ce n’est pas parce que c’est notre maman que l’on doit se laisser pourrir la vie.
En fait, elle continue de nous critiquer et de nous juger comme quand nous avions 10 ans.

Or il se trouve qu’à 40 ans, 35 ans, 30 ans, voire même 25 ans,  ça y est, on est passé dans le camp des adultes. Et quand on est passé dans le camp des adultes, on se fait traiter comme une adulte.

Pourtant les mamans abusives continue de nous parler en « mode parent »  et de nous placer en « mode enfant ».

Comment faire face?

Plusieurs options s’envisagent

D’abord, vérifiez si vous êtes kinesthésique ou non. >>>Le test est ici

Les kinesthésiques ressentent beaucoup avec leur corps. Ils sont très sensibles et émotifs.

Si c’est votre cas, apprenez comment fonctionnent les « K ». De quoi on-t-ils besoin? Quelles sont leurs grandes particularités?

Le livre Je ne peux PAS m’empêcher de BOUGER! Mode d’emploi d’un « K » épanoui est à votre disposition pour vous aider à vous comprendre.

On peut le >>>commander ici

et >>>télécharger les 3 chapitres offerts ici

Si vous sentez que faire face représente un défi trop lourd pour vous, un accompagnement vous sera peut-être nécessaire. En effet, en restant dans la même situation, vous risquez d’accumuler de la colère, des blessures ou de la peine. Et franchement, cela ne vaut pas le coup.
Alors qu’en général quelques séances suffisent pour vous libérer et retrouver votre vraie place. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à >>>me contacter ici

Si vous vous sentez prêt-e, trouvez des moyens rationnels de couper court aux phrases assassines.
Au téléphone, vous pouvez facilement mettre un terme à la conversation poliment pour stopper le flot négatif.
Utilisez des formules comme « excuse-moi là je vais devoir te laisser, à bientôt, bises ».

Si vous savez que vous allez la voir, prévoyez des phrases courtes comme « Je suis grande maintenant donc c’est moi qui décide », ou « je fais ce que je veux ».
Elles vous serviront de réponse en cas de critique.
Ce sont des façons de se positionner tranquillement. ET cela fait un bien fou!

Bien sûr, évitez absolument le mode « combat » ou « morale ». En effet, ne comptez pas la changer ou « lui faire comprendre ».
Mais tout simplement, ne vous laissez plus prendre la tête car vous avez le droit d’occuper votre vraie place d’adulte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *