La personnalité Kinesthésique (4) bonus école

Comment saboter l’année scolaire d’un enfant Kinesthésique ?

Un spécial enfant pour compléter la vidéo n°4 ! Désolée, je ne peux pas m’empêcher de défendre la cause des p’tits zébulons…
Les enfants Kinesthésiques sont à la merci de leur sensibilité. Ils ont fort à faire à contenir leurs émotions quand on les met dans un environnement qui ne leur convient pas. C’est donc aux adultes d’être en état de vigilance pour proposer aux enfants un environnement propice à l’éclosion de leur talents, plutôt que source de multiples petits traumatismes.

Si vous jetez un œil après la vidéo, vous pouvez lire la version texte de cette épopée…

Pour apprendre: 3 types de mémoire

  • Les Auditifs se souviennent de ce qu’ils entendent.
  • Les Auditifs se souviennent de ce qu’ils entendent.
  • Les Kinesthésiques se souviennent de ce qu’ils font.

Toutes les combinaisons sont possibles : 1 mémoire dominante, 2 mémoires à égalité ou les 3.
Faites le 
test ici (ou en haut de la page)
Sachez qu’en cas de mémoire kinesthésique dans votre liste des mémoires dominantes, c’est elle qui de toute façon « mène la danse».

Le fait de posséder cette mémoire Kinesthésique va déclencher une série de particularités dans la vie quotidienne… nouvel épisode spécial enfants !

La précédente vidéo expliquait qu’un Kinesthésique a besoin d’aimer son environnement, besoin d’aimer les personnes, besoin d’aimer ce qu’il a à faire pour être super productif. Et là il devient une flèche !

Aujourd’hui je propose d’insister sur le cas des enfants à l’école.

L’enfant Kinesthésique apprend « en faisant » ; il se souvient de ce qu’il fait. Il est dans le geste, dans le mouvement : c’est un enfant qui (souvent) bouge beaucoup !

Cet enfant a vraiment besoin de se sentir bien à l’école.
Imaginons le cas d’un enfant qui passe 2 années de suite décevantes alors qu’il étudie avec 2 enseignants différents, et qu’il les apprécie. Dans ce cas, il convient de s’interroger sur le lieu.
Il se peut qu’il ne se sente pas bien dans ce endroit.
Demandez-lui comment il se sent dans son école. Aime-t-il les locaux ? Les trouve-t-il chouettes ? Beaux ? S’y sent-il à l’aise ?

Si vous êtes au moment du choix d’une nouvelle école, vérifiez bien qu’il se sent bien là où vous visitez.

Deuxième aspect : ses relations avec l’enseignant.
Si un enfant Kinesthésique est en classe avec un adulte qu’il n’aime pas, voire qu’il déteste, il convient de creuser la question sérieusement.
On demande à l’enfant pourquoi il déteste cet adulte. On vérifie s’il ne s’est pas passé un événement à cause duquel il s’est fermé à cet adulte-là.
Est-ce qu’il l’aimait bien au début ? Y a-t-il eu un malentendu ?

Si la discorde est liée à un événement, on peut effacer le léger traumatisme qui a eu lieu.

En tout cas, on écoute bien le point de vue de l’enfant. S’il vous explique qu’il ne comprend rien à la façon de faire cours de l’enseignant, ou que celui-ci n’aime pas les enfants, ou qu’il « s’en fiche » des élèves, ou qu’il ne s’intéresse pas à eux, ou qu’il s’énerve tout le temps, ou qu’il crie …
On aborde un frein plus profond.
La sensibilité intense de l’enfant est touchée. Ça va probablement durer toute l’année.

J’invite alors les parents à réfléchir. En effet, pour un enfant Kinesthésique, passer une année complète avec un enseignant qu’il déteste sabote plus ou moins son année.

Au collège ou au lycée, avoir un prof que l’on n’apprécie pas du tout ne concerne qu’une matière.
Mais un écolier passe toute la journée avec son enseignant.
Alors comment fait-il pour passer toute la journée avec quelqu’un qu’il déteste ?

Sa nature Kinesthésique très sensible va amplifier le malaise.
A l’intérieur quelque chose se ferme et se bloque.
C’est spontané, instinctif, ça vient du corps, ça se verrouille.

Ce phénomène va complètement freiner ses capacités mentales.
Il sera très occupé à gérer ses émotions, sa colère, son ressentiment vis-à-vis de l’adulte.
Il se sent mal avec cela. Et ça devient sa priorité.
Finalement, sa tête est beaucoup moins disponible pour apprendre, réfléchir, trouver des solutions, mémoriser ou étudier.

Si vous êtes en début d’année, et que l’enseignant est déjà en conflit permanent avec l’enfant, vous savez presque à coup sûr que l’année ne sera pas constructive et plutôt traumatisante.
Vous risquez de vous sentir mal en voyant votre enfant se sentir mal.

Il y a des chances que ce soit la bataille tous les matins pour l’envoyer à l’école.
Il se peut que vous battiez tous les soirs pour brosser les dents et se préparer pour le lendemain pour aller à l’école : en effet, il n’a PAS ENVIE d’aller à l’école, donc il va freiner partout.

Il traînera des pieds sur toutes les tâches préparatrices du lendemain.
En général, c’est terriblement difficile à vivre à la maison pour lui et pour les adultes.
Est-ce que ça vaut le coup ?

Il est possible de chercher d’autres solutions. Et si l’on veut absolument que l’enfant reste toute l’année avec l’enseignant, maintenant que l’on est au courant, on peut mettre en place, en dehors de l’école, des mesures qui vont l’aider.

La suite des informations sur les Kinesthésiques dans les autres vidéos !

Pour trouver d’autres clés en attendant :

Sur le site

Sur youtube 

  • Abonnez-vous à la chaine car la série « Le K » va avoir bien d’autres épisodes
  • Likez la vidéo si elle vous paraît utile , et partagez-la autour de vous pour aider les autres

Sur Facebook 

à bientôt !
Au plaisir de vous retrouver sur les pages qui parlent des enfants. Si vous avez des tous petits, des vidéos sont prêtes à vous aider à repérer leurs types de mémoire. Elles se détectent en effet très tôt. Les penchants naturels des petits nous indiquent rapidement quels sont les talents qu’ils pourront développer avec les meilleures performances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *