La personnalité Kinesthésique (6)

Le Kinesthésique déteste être à plat !

Si vous ne voulez pas recevoir une rafale d’idées négatives évitez les kinesthésiques dans ces moments-là!

Sous la vidéo, vous trouverez la version texte de cette aventure…

Rappel : nous utilisons principalement 3 types de mémoires pour les apprentissages

  • La mémoire visuelle: Les Visuels se souviennent de ce qu’ils voient.
  • La mémoire auditive: Les Auditifs se souviennent de ce qu’ils entendent.
  • La mémoire kinesthésique: Les Kinesthésiques se souviennent de ce qu’ils font.

Toutes les combinaisons sont possibles : 1 mémoire dominante, 2 mémoires à égalité ou les 3.
Testez-vous
ICI (le test) (ou le bouton sur le site)
Sachez qu’en cas de mémoire kinesthésique dans votre liste des mémoires dominantes, c’est elle qui de toute façon « mène la danse».

En effet, le fait de fonctionner avec cette mémoire Kinesthésique va déclencher une série de particularités s’exprimant dans la vie  quotidienne… nouvel épisode !

La mémoire du Kinesthésique passe par le corps.
Or, qui dit mémoire du corps, dit premièrement ressenti très développé.
Deuxièmement, le Kinesthésique a des émotions particulièrement fortes et intenses. D’ailleurs, globalement, il aime fonctionner avec intensité.

Les personnes pratiquant les sports extrêmes, sont, à mon avis, Kinesthésiques.
Ils relèvent des défis de conquêtes, de records.
Dans une précédente vidéo sur les bas et les hauts émotionnels du Kinesthésique,  j’expose plus en détail cette particularité.

En tout cas, ils ont ce plein d’énergie quasi permanent, c’est grisant.
C’est agréable d’être dynamique, d’avoir la pêche, de dépasser tout le monde ou de laisser les autres sur le carreau parce que l’on a plus d’énergie !

On a des piles qui durent plus longtemps et c’est très plaisant.

Mais ce n’est pas inépuisable.
Par exemple, un enfant qui rentre de l’école et qui a dépensé une bonne dose d’énergie, non pas pour jouer avec les copains, mais plutôt pour retenir son corps qui avait envie de bouger dans la classe, étant donné qu’il doit rester assis sur une chaise.
Il a utilisé son énergie pour un but moins agréable.
Il rentre à la maison, a une petite pause goûter et doit aller faire ses devoirs aussitôt après.

Aidez l’enfant kinesthésique à se ressourcer

En fait, l’enfant n’a pas eu le temps de se ressourcer, alors il va épuiser son énergie, surtout si son travail est compliqué pour lui.
Il sait à l’avance que ça va l’épuiser, même si c’est inconscient.
Quand il voit la quantité de travail, il est découragé d’avance. Il sait ou il pressent que quand il aura terminé, son niveau d’énergie sera à plat. Et ça c’est une perspective qu’il déteste !!!

Tout Kinesthésique qui se respecte déteste être à plat !

Un Kinesthésique à plat, c’est un peu comme un kinesthésique qui déprime (voir la vidéo sur les hauts et bas émotionnels du kinesthésique).
Il préfère largement être dans ses moments d’intensité que dans les creux de la vague.
Pourtant de nombreuses situations vont le mettre à plat. Et quand il pressent la chose, il essaye de fuir de toutes les façons possibles ! C’est logique.

Naturellement, une partie de lui répugne à décharger toutes les batteries de son corps, surtout pour une cause qu’il ne partage pas, ou quelque chose qui lui est imposé.
S’il n’a pas envie de le faire, si c’est compliqué ou difficile pour lui, il va encore plus chercher à éviter la consigne.

A priori, il sera plus facilement découragé par un tâche intellectuelle qu’une tâche physique. On peut le faire courir ou jouer au foot pendant longtemps, on peut lui proposer un marathon, ça aura moins de chance de le fatiguer qu’un gros travail intellectuel qu’il n’a pas choisi.

Si c’est facile pour lui, il va foncer.

Mais une tâche difficile va lui demander beaucoup d’énergie et des efforts. S’il sait que cela ne lui apportera rien, si personne ne lui a donné le sens de cette consigne (voir la vidéo sur la quête de sens du Kinesthésique) et s’il pressent que ça va le mettre « à plat », lui prendre toute son énergie et décharger ses batteries, il va fuir. Il va trouver toutes les façons possibles.

Par ailleurs, d’autres circonstances vont également mettre un Kinesthésique à plat. Par exemple, une maladie comme la grippe ou autre rhume va me prendre toute mon énergie pendant plusieurs jours.
Et le Kinesthésique ne supporte pas ce genre de contre-temps. D’abord il a la grippe, donc il est malade, mais comme il est à plat, il se croit encore plus malade !

Dans un autre style, ce phénomène peut avoir lieu suite à une relaxation profonde. Il ressent un calme inédit ; il ne se reconnaît pas et il peut croire qu’il est « à plat ».
Or, il ne l’est pas, c’est simplement de la détente à cause des tensions sont parties. Le Kinesthésique va aspirer à retrouver son état d’intensité habituel.

Cette particularité aura une grande influence dans ses choix et ses prises de décision. Ainsi il choisira une option qui ne lui prendra pas toute son énergie pour éviter de se sentir mal.

Dans d’autres vidéos ont voit que la baisse d’énergie du Kinesthésique ouvre les portes à toutes sortes de remises en question : remises en question des choix et des projets, apparition des doutes. Elles laissent aussi remonter les idées noires.

A l’opposé, quand il fonctionne avec intensité, il se sent fort, blindé, il peut écraser tous les obstacles sur son passage. Il se sent confiant.
Par contre en étant à plat, il ne se sent plus confiant du tout.

Étant donné qu’il a aussi tendance à penser que cet état va durer éternellement, il fait tout pour éviter ces moments-là.

Ainsi, si vous êtes Kinesthésique, je vous invite à vous poser la question, lorsque vous évitez une situation si c’est parce que cela risque de vous mettre à plat.
Et qu’est-ce qui vous épuise précisément dans ce cas-là ?
Allez au bout des questions pour trouver facilement une solution.

Si le Kinesthésique fait partie de votre entourage, notamment un enfant pour qui c’est plus difficile de cerner ses sentiments, demandez-lui si ça le fatigue, posez-lui des questions pour mener votre enquête. Suggérez-lui des mots faisant partie de son vocabulaire. Écoutez les soupirs de fatigue des enfants, ils remplacent le vocabulaire.

Pour vous-même, pensez à ne prendre aucune décision quand vous êtes dans ces moments-là. Occupez-vous d’abord de recharger vos batteries pour repartir du bon pied.

La suite des aventures Kinesthésiques dans les autres vidéos !

En attendant vous trouverez d’autres bonnes idées  :

Sur le site

  • Les articles déjà publiés : cliquez sur « Kinesthésique » dans la liste de mots
  • Le livre « Apprendre avec plaisir » : cliquez sur l’onglet « le livre »
    Vous trouverez un mode d’emploi détaillé des 3 profils d’apprentissage

Sur youtube 

  • Abonnez-vous à la chaine car la série « Le K » va avoir bien d’autres épisodes
  • Likez la vidéo si elle vous paraît utile aux autres, et partagez-la autour de vous pour aider les personnes

Sur Facebook 

à bientôt !
Au plaisir de vous retrouver pour partager d’autres clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.