Pression scolaire contre défoulement intense

Savez-vous que vous faites faire de force le grand écart tous les soirs à votre enfant kinesthésique ?

En effet, sous la pression scolaire, nous appliquons chaque jour à nos petits chéris une mécanique très simple  qui leur fait fuir les devoirs le soir.

On me raconte souvent que « c’est la guerre à la maison » tous les soirs et que les parents y laissent beaucoup d’énergie.

Alors comment faire pour aider votre enfant à faire ses devoirs plus facilement après l’école ?
Comment le faire arrêter de jouer aux jeux vidéo tous les soirs ?
Comment l’aider à diminuer le stress scolaire ?
Comment l’aider à décompresser ?
De comment l’aider à clarifier ses pensées ?
Comment l’aider à clarifier ses émotions ?
Comment l’aider à faire la paix et se concentrer?

Il se trouve que nous demandons à nos enfants un rendement quotidien qui relève presque de la mission impossible.
Souvent quand j’étais enfant, je rêvais d’un travail ou je n’aurais plus rien à penser ou à faire  le soir en rentrant à la maison. Mon rêve était d’avoir la tête libre quand je rentrerais chez moi… Un travail que je ferais uniquement à l’extérieur et qui ne continuerait pas ensuite à la maison.
Voyez-vous pourquoi je rêvais de ça ?  Effectivement, c’était juste l’inverse de l’école !

A l’école on travaille et quand on rentre à la maison on travaille encore. Mon idéal c’était d’être enfin libre une fois rentrée chez moi. Je sais que beaucoup d’adultes ont encore ce rêve de travailler à l’extérieur à 100 % et d’être enfin tranquilles quand ils arrivent chez eux.

Vous pouvez partir en quête de votre rêve et trouver le job qui vous correspond. Mais avec l’école ça ne se passe pas comme ça.
L’enfant doit fournir chaque jour un effort pendant cinq heures minimum, huit heures pour certains élèves,  et quand il rentre chez lui, il se peut qu’il travaille encore facilement une heure ou deux (et je suis gentille).

J’imagine que nous nous ressemblons vous et moi: quand j’ai une journée très chargée et difficile, le soir je rêve de me changer les idées, d’avoir une activité qui détend et de ne plus penser.
Penser nous prend beaucoup d’énergie. Il y a un terme intéressant et à la mode aujourd’hui, c’est la « charge mentale » je dirais même la surcharge mentale.
Quand nous sommes surchargés mentalement,  ça mène au « burn out » dans le cas extrême.
La surcharge mentale c’est quand nous sommes débordés, quand nous ne savons plus où donner de la tête.

La pression scolaire épuise l’enfant kinesthésique

Quand ça arrive une fois de temps en temps nous nous reposons le lendemain et l’équilibre revient. Mais quand les jours se succèdent et que la charge mentale s’accumule, il y a un moment où tout s’arrête. Ça explose ou ça implose.
Si on vous avait dit à l’avance que vous alliez imploser, j’imagine que vous n’y seriez pas allé. J’imagine que vous auriez trouvé un système pour éviter d’aller vous brûler les neurones.

C’est exactement ce que font nos enfants: ils ont travaillé longtemps dans la journée et leur cerveau est déjà saturé (leur mental devrais-je dire). Ils n’ont pas envie d’en rajouter et ça se comprend !
Alors ils essayent d’éviter de retravailler. C’est leur instinct qui les guide …

Comment faire alors avec cette contrainte des devoirs à la maison ?

La recette que je vous donne concerne tous les enfants et elle est très simple à mettre en place. Elle demande juste de la bonne volonté.
Ça c’est pour le cas des enfants visuels ou auditifs. Elle va les aider à se sentir bien et tranquillement se remettre au travail.
Mais dans le cas des enfants kinesthésiques dont je m’occupe, ceux qui ont besoin de bouger et qui sont les plus malheureux à l’école, dans leur cas précisément c’est une question de survie !
Pour leur santé mentale, pour leur équilibre, cette solution est comme une ordonnance médicale si je peux me permettre.

Voici le schéma explicatif pour les petits kinesthésiques:
Le matin en se levant, la tête et le corps sont équilibrés. Ensuite l’enfant va l’école où il travaille beaucoup  avec sa tête et se défoule un petit peu physiquement aux récréations.
Quant il rentre le soir à la maison, le mental est saturé et le corps n’a pas eu sa dose de mouvement. Notre petit zébulon fait donc le grand écart.

Et pourtant, que lui demandons-nous ? De faire ses devoirs …
Nous le poussons à aller encore plus loin !

Il a un tel besoin de mouvements qu’il en étouffe. Il est énervé, grognon, Il se plaint. Il veut jouer aux jeux vidéo ou regarder la télé.
Ce qu’il ne sait pas, et vous non plus, c’est que les jeux vidéo vont de lui permettre de lâcher la tête mais pas, vous vous en doutez, d’activer son corps.

Il n’aura donc qu’une partie de sa solution et les parents seront mécontents puisqu’il sera resté accroché à ses jeux vidéo pendant le plus longtemps possible. Peut-être même qu’il y aura des négociations ou la guerre pour l’en détacher et enfin le mettre au travail.
Cette situation épuise tout le monde.

Ce que vous allez mettre en place c’est une récréation physique après l’école, un moment de défoulement intense !

Prenez 15 ou 20 minutes et donnez l’occasion à votre enfant d’appliquer une activité physique intense.  Habituez-le à se défouler. Cette fois-ci, poussez-le à se donner à fond !

Le défoulement de l’enfant kinesthésique

Tout ce qui roule vous intéresse : vélo, roller, skate …
Tous les jeux de ballons sont les bienvenus, faire courir le chien aussi !
Grimper aux arbres ou taper dans un sac de frappe …
Mettre de la musique et danser à fond !
Vous voyez ce que je veux dire ?

Un bref moment de défoulement intense !!!!!!!!!!!!!!!!

Après cela, l’équilibre entre la tête et le corps sera à nouveau équitable et votre enfant sera prêt à faire ses devoirs.
Vous n’aurez plus besoin de le lui rappeler 10 fois.

Il réfléchira mieux et sera plus performant.
Il sera moins énervé et sera plus content, donc il grognera moins et sera de meilleure humeur.
Il sera moins stressé parce qu’il aura évacué la pression scolaire de la journée.
Comme le jeune kinesthésique aura bougé, ses pensées seront plus claires. En effet, c’est une des particularités des kinesthésiques d’élaborer leur pensée en mouvement. Il réussira donc à faire son travail plus rapidement.
C’est aussi dans le mouvement qu’ils élaborent leurs émotions, donc votre enfant se sentira plus en paix.

L’ambiance à la maison va changer

  1. Testez cette solution pendant trois semaines
  2. Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez mis en place
  3. Et racontez ce que ça vous a apporté

Je le répète cette habitude fait du bien à tous les enfants et si le votre est kinesthésique c’est carrément vital pour son équilibre et pour ses résultats scolaires !

Vous voulez en savoir plus pour aider votre enfant à apprendre avec plaisir? Cliquez ICI

Ou venez assister à la prochaine conférence en ligne: Cliquez là

à très bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *