Rien de va plus, faites vos choix!

Être sûr de faire les bons choix

Ça vous dit une recette pour éviter de faire les mauvais choix? Alors, je vous propose 5 points clés pour vous sentir bien avec vos choix et vos décisions.

En effet, c’est parfois tellement compliqué pour les kinesthésiques de faire des choix! Entre la peur de se tromper, celle de regretter son choix, de blesser quelqu’un ou de déplaire…  Tout ce que l’on voudrait, ce serait de savoir précisément ce qui va arriver après avoir pris notre décision.

C’est l’option boule de cristal…

Comment faire sans boule de cristal?

Pour les personnes sensibles et kinesthésiques prendre une décision peut devenir un véritable tsunami émotionnel. Au point parfois de choisir de ne pas faire de choix…

Entre la peur et la culpabilité, choisir son chemin représente parfois un véritable torture.

Pour commencer, je vous invite à vérifier si vous êtes kinesthésique ou non. >>>Le test est ici

Les kinesthésiques sont très sensibles et émotifs et certaines circonstances peuvent leur mettre une telle pression que l’angoisse surgit régulièrement.

Si c’est votre cas, apprenez comment fonctionnent les « K ». De quoi ont-ils besoin? Quelles sont leurs grandes particularités? Pourquoi se sentent-ils angoissés si facilement?

Le livre Je ne peux PAS m’empêcher de BOUGER! Mode d’emploi d’un « K » épanoui est à votre disposition pour vous aider à vous comprendre.

On peut le >>>commander ici

et >>>télécharger 3 chapitres offerts ici

Comment mettre les chances de son côté pour prendre une décision difficile? Comment trancher? C’est terrible. D’autant plus que la peur de se lancer vient se greffer par dessus!

On tremble de voir les résultats son choix: que va-t-il se passer? Évidemment si l’on estime avoir fait le mauvais choix, on se sentira coupable. On essuiera peut-être même les reproches des autres. Et tout cela on voudrait l’éviter à tout prix.

Alors pour commencer, essayez d’évaluer si vous devez véritablement faire un choix ou si, finalement, il s’agit d’obéir à une obligation. Car si vous avez posé une action pour obéir à une contrainte, vous n’avez pas besoin de vous le reprocher si le résultat ne convient pas. Par exemple, un rdv avec un client imposé par le patron. Le résultat est nul et vous vous dites que vous n’auriez jamais dû y aller. Vous vous en voulez à tord car vous avez simplement obéi à une injonction.

Deuxièmement, pensez à écouter votre intuition. Qu’est-ce que cela vous dit au plus profond de vous? En dehors des conventions sociales qui dictent les valeurs officielles. Si possible, prenez le temps de vous écouter.

En option, demandez conseil à une personne qui connait le sujet. Les avis non éclairés de nos proches risquent d’être source d’erreur. Mais si vous vous sentez bien avec ce que vous dit votre intuition, c’est ok pour sauter cette étape.
Si vous devez réfléchir à une réorientation professionnelle par exemple, cela peut nécessiter de se faire accompagner. Et comme c’est un de mes domaines de compétence, je vous invite à >>>me contacter ici

Pensez également à vous donner du temps. C’est une source de pression incroyable qui précipite nos décisions. Alors si possible accordez-vous du temps pour prendre une décision plus juste.

Demandez-vous aussi si vous faites votre choix en fonction d’une personne. Dans ce cas, vous décidez de faire passer cette personne avant vous. Faites-le en connaissance de cause pour éviter de lui en faire le reproche dans le futur.

Tout va bien quand vous faites VOS choix.

Quand vous avez passé votre choix au travers de ces tamis, vient le moment de trancher. C’est à dire de faire le saut.

C’est un des grands instants d’émotion, mais, quand c’est fait, on peut ressentir du soulagement. Et cela devient beaucoup plus simple de l’assumer quand c’est fait de façon juste, en connaissance de cause et en dehors d’une obligation.

D’autant plus que vous allez vous accorder le droit d’avoir fait un choix pas complètement adéquat. Tout le monde a le droit de faire des « ratés ». Il sera simplement nécessaire de  réajuster pour aller vers le résultat escompté. Et c’est tout-à-fait ok.
Ce positionnement d’adulte responsable permet de se sentir plus en accord avec soi-même.

On fait ses propres choix sans subir et sans pressions. On écoute son intuition et des informations rationnelles. Et on assume. Sans passer par la case culpabilité.

Bien sûr, on se donne le droit de ne pas être satisfait mais tout en cherchant une amélioration possible. Et l’on avance à l’étape suivante.

On sera ainsi à l’abri de cette tendance à reporter la faute sur autrui. Sachant que les kinesthésiques peuvent même avoir tendance à endosser la responsabilité des choix d’autrui. Pour peu qu’on les ait fait passer en premier. Quel micmac! Rendons à chacun ses choix et la clarté arrivera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.