Pourquoi le collégien typique ne comprend pas qu’il faut travailler?

Le collège c'est nul

Votre fils au collège comprend-il qu’il faut travailler? Est-il motivé? Avez-vous tout essayé? Le sujet crée des conflits chez vous? Comment motiver un collégien? Gros challenge pour les parents…

Les parents me sollicitent souvent à ce sujet. Ils veulent que je les aide à faire comprendre à leur enfant que c’est important de bien travailler.

C’est important d’avoir des notes correctes. Donc c’est important de faire ses devoirs consciencieusement. Voire même d’approfondir certains sujets au-delà de ce qui est demandé par les professeurs.

Effectivement, son avenir et ses études sont en jeu. On voudrait qu’il le comprenne. (et qu’il applique les conseils)

Mais cela ne marche pas. D’ailleurs je vous arrête tout de suite, cela ne marchera jamais.

En effet, reprenons les faits de base. Je ne vous apprends rien en vous rappelant que les collégiens n’ont véritablement qu’un centre d’intérêt: le jeu.

Ils pensent tout le temps à jouer. et sous toutes les formes que cela peu prendre.

Vous savez bien que si l’on regroupe trois jeunes de 12 à 14 ans, ils vont vite se mettre à jouer. Effectivement, ils jouent physiquement, en se bousculant ou en confrontant leur force physique. Ou bien ils échangent des blagues. Ou alors ils jouent sur des supports électroniques. Etc

Comment réellement motiver le jeune en collège?

Plusieurs options s’envisagent.

D’abord, vérifiez le profil de votre enfant. La façon de traiter le problème variera selon son profil, selon sa façon de capter les informations.

Utilisez le questionnaire >>>Le test est ici

Quel est son (ou ses) profil dominant: visuel? auditif? kinesthésique?

Les kinesthésiques enregistrent avec leur corps. Pour cette raison, l’école est plus compliquée pour eux. D’autant plus qu’Ils sont particulièrement sensibles et émotifs.

Si c’est son cas, apprenez comment il fonctionne. De quoi a-t-il besoin? Quelles sont ses grandes particularités?

Le livre des kinesthésiques,  Je ne peux PAS m’empêcher de BOUGER! Mode d’emploi d’un « K » épanoui, est à votre disposition pour vous aider à le comprendre.  >>>le livre

Ensuite, souvenez-vous que les enfants, lorsqu’ils sont petits, travaillent à l’école pour nous faire plaisir. Quelle joie de voir le sourire de maman quand j’ai une bonne note. Ou de sentir que la maîtresse me considère parce j’ai bien répondu à la question qu’elle m’a posée. Répondre aux attentes des adultes constitue leur premier moteur.

Pour cette raison, vers 11 ans, la situation se gâte (pour nous).

On voudrait tant qu’il s’adaptent bien au cadre que nous avons bâti pour eux: le collège. On voudrait en plus qu’ils aiment ce cadre et s’y investissent.

La première certitude, c’est que les enfants aiment apprendre. Mais quoi? Et sous quel forme? Grandes questions…

Le collège avec sa forme d’enseignement ne stimule pas grand monde. Souvent, cela ramollit plus nos ados que cela ne les éveille.

La stratégie que j’emploie consiste alors à leur faciliter la vie. En fait, votre enfant a besoin d’aide au collège.

Je constate en effet que les outils que je leur donne rendent les devoirs plus  faciles, donc plus légers. Le premier effet, c’est qu’ils se mettent au travail plus rapidement et sans rechigner. Et en général, les conflits avec eux diminuent très sensiblement.
Je les accompagne également sur la gestion des émotions. Car il est bien difficile de travailler quand on se sent mal ou en colère.

Finalement, les notes remontent et tout le monde respire. Les parents, notamment arrêtent de s’épuiser dans les batailles quotidiennes et trouvent que leur ado gagne en autonomie.

Si vous avez envie d’être accompagné pour faire progresser votre collégien, je vous propose deux options:

  1. un suivi individuel pour les ados de 15 ans et plus.  Les informations sont là, et l’agenda pour un premier rdv est ici
  2. un programme pour les parents des pré-ados dans lequel je vous transmets toute ma méthode. Si vous êtes très présent dans les devoirs de votre enfant, j’ai créé un accompagnement adapté et complet sur une période de 6 mois.
    Ainsi, il vous permet d’avancer au rythme qui vous convient et je suis là pour vous pendant 6 mois. L’objectif est de faire de votre enfant un élève heureux et épanoui. >>>l’accompagnement élève heureux

La bonne nouvelle c’est que votre enfant atteindra bientôt la maturité nécessaire pour intégrer intérieurement l’idée qu’il travaille pour lui, pour son futur. En général, ce stade arrive en fin de seconde, vers l’âge de 16 ans.

En attendant, à nous les adultes de lui donner les moyens et de lui trouver des solutions au collège.

Gardons à l’esprit que nous avons créé le cadre, alors c’est à nous d’apporter des solutions. Lui faire porter la responsabilité d’un échec au collège n’a jamais permis d’améliorer la situation. Tout au plus, nous parvenons à opérer un tri: ceux qui passent, ceux qui sortent. Personnellement je n’appelle pas cela une solution.

Le bon sens nous montre qu’il y a de l’espoir, c’est certain.
La clé c’est de s’y prendre de la bonne façon pour apprendre avec plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *